Zotero et les styles de citation – épisode 2 : communauté, documentation et outils

[Edit du 01/08/2014 : en rouge, rajout de plusieurs références]

Suite du billet d’hier (Zotero et les styles de citation – épisode 1)

Je remercie les Zotéristes (il y a un mot?) qui ont réagi à mon billet d’hier et ont éclairé ma lanterne sur certains points, que je récapitule ici.

Stéphanie Bouvier avait rédigé un billet début 2010 pour expliquer le contexte de création des 4 styles France1-4.

Un groupe de travail organisé par le SCD de l’Université de Poitiers alimente une bibliographie imposante (111 documents) et bien organisée, qui contient notamment des informations sur les styles.

Deux sites à connaître :

Concernant les styles francophones :

  • Des discussions sur les styles francophones ont lieu dans une rubrique du forum Zotero
  • Un board Trello est dédié aux styles CSL francophones. Une dizaine de personnes sont actives, la plus impliquée étant semble-t-il Franziska Heimburger, qui a rédigé plusieurs styles pour les besoins de l’EHESS

Documentation sur les styles

Guides pour l’édition de styles :

Conseils de présentation conformes à la norme ISO 690

Outils (en plus d’un bon éditeur de code…)

  • un éditeur de style CSL intégré à Zotero (décrit ici sur le site de Zotero, et évoqué par le guide de T. Lienhard)
  • un éditeur de style CSL en dehors de Zotero, permettant de tester tous les styles du dépôt CSL (attention, certaines subtilités du langage peuvent ne pas être correctement implémentées dans Zotero, donc les tests faits avec cet éditeurs doivent être complétés par des tests en grandeur nature)
  • un validateur de style CSL en ligne

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • Diigo
  • Netvibes
  • del.icio.us
  • Digg
  • Google Bookmarks

9 comments to Zotero et les styles de citation – épisode 2 : communauté, documentation et outils

  • Mathieu Saby

    Enfin je rajoute une subtilité concernant les brevets:
    Dans le cas des brevets, il faudrait citer en auteur principal le propriétaire ou le demandeur (une entreprise généralement), et pas l’inventeur (à traiter en auteur secondaire)
    Actuellement l’inventeur dans Zotero est mappé comme “author” en CSL, ce qui est donc problématique. Mais dans mon style maison j’ai pu bricoler pour traiter l’inventeur en auteur secondaire.
    Par contre, récupérer le demandeur s’avère impossible : le champ existe dans Zotero, mais n’est pas mappé en CSL. Il y a une discussion sur le forum Zotero à ce sujet, mais apparemment pas d’évolution ces derniers mois, sauf si je n’ai pas compris

    Exemple de la norme ISO 690:
    WINGET LTD. Detachable bulldozer attachment for dumper vehicles. Inventor: Reginald John ENGLAND. 8 March 1967. Appl: 10 June 1963. Int. CI: E02F 3/76. GB CI: E1F 12. GB Patent Specification 1060631.

    • Gracile

      Actuellement l’inventeur dans Zotero est mappé comme “author” en CSL, ce qui est donc problématique. Mais dans mon style maison j’ai pu bricoler pour traiter l’inventeur en auteur secondaire.

      Je n’ai pas regardé attentivement et je ne cite jamais de brevets mais il faut avoir en tête que l’important est que l’on puisse citer correctement les références. ISO-690 ne considère pas l’inventeur comme l’auteur, peut-être que d’autres styles considèrent le contraire (si inventeur a été mappé “author”, c’est sans doute pour cette raison). Mais ça n’est pas très gênant et ce que vous faites n’est pas du bricolage mais bien du code ;-)

      Par contre, récupérer le demandeur s’avère impossible : le champ existe dans Zotero, mais n’est pas mappé en CSL. Il y a une discussion sur le forum Zotero à ce sujet, mais apparemment pas d’évolution ces derniers mois, sauf si je n’ai pas compris

      La majorité des évolutions de ce type est compliquée à mettre en place. Il faut parfois une modification de CSL quand la variable ou le type n’existe pas, puis une modification de Zotero ce qui nécessite des précautions (pour la migration des champs existants, et pour la synchronisation, or le système de synchronisation est en train d’être modifié – une fois terminée il y aura une vague de changements dans les types et les champs). Pour les brevets, ça avance pas mal sur le principe, notamment car le projet Multilingual Zotero (MLZ) de Frank Bennett, qui a pour but de permettre des citations juridiques et des citations en plusieurs langues dans le même document, a déblayé le terrain (mais il repose sur une version modifiée aussi bien de CSL que de Zotero). Par ex., pour les brevets : http://fbennett.github.io/z2csl/diffMap.html#map-patent
      Cela dit je ne vois pas : quel est le champ dans Zotero pour Demandeur ? “Assignee” (qui est traduit par “Cessionnaire”, ce qui n’est pas satisfaisant je pense) ? Si c’est à ça que vous faites référence, le problème est qu’Assignee est actuellement un simple champ alors qu’il devrait être (et deviendra) un type de créateur. C’est une modification lourde du code, qui est donc en attente.

  • Gracile

    J’ajouterais l’éditeur de style en ligne : http://editor.citationstyles.org/about/
    Et un outil encore en développement, moins utile ici, mais qui a un potentiel fou : un “parseur” de référence / détecteur de de style : http://anystyle.io/ (annoncé ici.)
    (Le lien vers l’article de S. Karcher est mal formé.)

    • Mathieu Saby

      Merci pour ces remarques (j’avais cité l’éditeur http://editor.citationstyles.org/about/ dans le 2e point des “Outils”)
      J’ai en effet vu qu’un nouveau type de créateur pour les directeurs de publication existait dans la spécification de CSL. En vérité, je pense que pour mon usage personnel en tout cas le mieux sera d’utiliser “Dir.” pour “editor”.
      Cela dit, ce n’est pas une solution idéale. Le souci vient surtout de l’ambigüité du terme “éditeur” en français et surtout de “editor” en anglais.
      Voila comment j’analyse la situation (mais je ne me suis pas replongé dans les normes de catalogage…) : Un “éditeur” peut être
      – un éditeur commercial (oublions ce point)
      – le responsable d’un ouvrage collectif. Dans ce sens là, l’anglais “editor” correspond en français au “directeur de publication”, et plus rarement à “éditeur”. Dans ce cas, la norme ISO 690 conseille de traiter l’éditeur comme un auteur principal :

      § 5.1

      The persons (see 5.2) or organizations (see 5.3) shown most prominently in the preferred source (see 4.1) as responsible for the content of the cited item, in its published form, should be given as creator. The creator’s role varies from one type of information resource to another. If there is no obvious creator, one should be selected from the following roles, listed in order of preference:
      a) author, composer, librettist, mapping agency, surveyor, cartographer, copyist, system designer of software, patentee, patent applicant, artist, photographer, draughtsman, graphic designer;
      b) conductor, performer of music, drama, etc., director of films, inventor;
      c) compiler, editor, reviser;
      d) translator, engraver, photographer of another creator’s work, copyist, arranger, software programmer;
      e) publisher, online information provider, production company;
      f) distributor, online host.
      For cited information resources containing a number of contributors, a role with which a single creator is associated should be preferred to any role with which several creators are associated (see also 5.4.3).
      EXAMPLE 1
      AYMARD, Maurice, ed. Dutch capitalism and world capitalism. In: Studies in Modern Capitalism. New York: Cambridge University Press, 1982, pp. 78-96.

      Dans l’exemple de la note, l’abréviation est “ed.”. Mais dans un contexte français, on emploiera plutôt Dir.
      D’ailleurs, si on cherche cet exemple dans le Sudoc, on voit qu’il correspond à un ouvrage “dirigé par M. Aymard”, et l’auteur est en conséquence traité comme un dir. de pub (code de fonction UNIMARC 651, au lieu de 340 pour les éditeurs) (en plus l’exemple de la Norme traite très bizarrement la collection, mais passons…)
      http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=005862914
      Dutch Capitalism and World Capitalism [Texte imprimé] = Capitalisme hollandais et capitalisme mondial / publié sous la direction de Maurice Aymard
      Aymard, Maurice (1936-….). Directeur de la publication

      – le responsable de la publication ou de l’établissement d’un texte anonyme ou bien rédigé par un ou plusieurs auteurs (ex: L’Iliade d’Homère, éditée par Victor Bérard). Dans ce sens, on emploiera “editor” en anglais et “éditeur” en français. Et l’auteur sera toujours considéré par la norme ISO 690 comme un auteur “secondaire”, comme un traducteur, un préfacier, un illustrateur, un collaborateur… dont la mention est facultative, et doit se placer après le titre.

      5.4.5 Subsidiary creator
      To facilitate identification of a particular information resource, or because of relevance to the purpose of the citation, the name of any editor, translator or other person who has collaborated in the production of that resource may be added after the title with an indication of the role, so placed in the reference that the relation between that role and the whole or part of the information resource is clear.
      EXAMPLE 1
      BAARD, H.P. Frans Hals. Translated from the Dutch by George STUYCK.
      EXAMPLE 2
      BACH, C.P.E. Sonate G-moll für Violine und obligates Cembalo. Herausgegeben von Anne Marlene GURGEL.
      EXAMPLE 3
      FOWLER, H.W. A dictionary of modern English usage. 2nd ed. Revised by Sir Ernest GOWERS. Macbeth [film]. Directed by Orson WELLES.

      Notons, c’est assez amusant, que la norme insiste pour que le réalisateur d’un film soit traité comme un auteur secondaire. A mon avis c’est un américanisme culturel qui ne devrait pas avoir de place dans une norme international.

      Bref, le souci est que, lorsqu’on récupère un “editor” dans Zotero, on ne peut pas savoir a priori si c’est le responsable d’une oeuvre collective, ou bien un éditeur scientifique à traiter en auteur secondaire. Et même si les correspondances s’améliorent entre les catalogues de bibliothèque et Zotero, je doute que cette distinction soit toujours automatisable.

      Mathieu

      • Gracile

        C’est plutôt la suite de ce commentaire mais je continue ici aussi.
        Tout à fait d’accord sur la distinction éditeur / directeur de publication. C’était globalement ce qui avait été défendu à l’époque. Ce qui risque de n’être pas évident lorsque les deux rôles seront disponibles dans Zotero est l’ajout automatique des références. Il est probable que, faute de distinction utile en anglais, “éditeur” soit retenu par défaut… (alors qu’il me semble plus rare que “directeur de publication”, bien que ce soit sans doute une question de discipline académique) mais c’est une autre histoire et ce n’est pas le lieu pour en discuter.

        • Mathieu Saby

          L’idéal serait que le choix entre le mappage par défaut (editeur) ou (directeur) soit paramétrable dans les préférences. Mais déjà si on avait le moyen de distinguer les 2 ça serait cool.

          Autre point que j’ai noté : dans le Sudoc, on attendrait que tous les auteurs n’étant ni auteur ppal ni éditeur ni directeur ni traducteur soient importés comme collaborateurs. J’ai l’impression que ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, je constate que les préfaciers sont importés comme auteurs, alors qu’ils devraient l’être comme collaborateurs (http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=00150732X)
          J’imagine qu’il y aurait une correction à faire dans le translator PICA utilisé pour importer les références du Sudoc.

  • Mathieu Saby

    Je rajoute quelques références (en rouge)

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">